Ministère de la Vérité

Le silence des avions

Par 15 mai 2018 Pas de commentaire

Promesses de la Confédération

Afin de limiter l’impact de l’exploitation de l’aéroport durant les heures de nuit (22h00–24h00), les nouveaux vols long-courriers planifiés durant cette tranche horaire devront être exploités par les avions long-courriers les plus performants au niveau acoustique.

(fiche PSIA pour Genève Aéroport, 15 nov. 2017)

Informations de Genève Aéroport urbain

Par rapport à la moyenne des aéronefs qui opèrent normalement sur notre plateforme, [les gros-porteurs] sont caractérisés par un gabarit plus imposant (donc plus de bruit dû au frottement de l’air) et de ce fait ils sont équipés de moteurs plus puissants (donc plus bruyants).

(Section Environnement et développement durable, Genève Aéroport, 11 nov 2017, en réponse à une plainte d’une résidente de Bellevue, membre de l’ARAG)

Explication technique du bruit des aéronefs, notamment les gros-porteurs

Les bruits que l’on entend quand on est proche ou dans un aéroport, est une vibration de l’air qui se propage. Le son est en fait un mouvement de vibration des molécules composant l’air. Ces vibrations se transmettent de proche en proche, le son se propage ( le phénomène est appelé onde sonore ).  Un avion en vol provoque la vibration des molécules composant l’air. Une onde sonore est émise. Si l’avion vole moins vite que la vitesse du son ( vitesse subsonique ), les vibrations de l’air se propagent en avant de l’aéronef. La vitesse de déplacement des ondes sonores varie en fonction du milieu : dans l’air, le son se propage à la vitesse de 344 mètres par seconde (soit environ 1 kilomètres en 3 secondes), tandis que dans l’eau il avance à 1482 mètres par seconde, et dans l’acier à plus de 5 kilomètres à la seconde. à leur tours, les molécules d’air exercent une pression sur nos tympans.

L’intensité d’un son dépend de cette pression. Plus celle ci est grande, plus c’est bruyant. Or, les réacteurs sont précisément ce qui sert à créer de la haute pression, puisque les jets d’air qui en sortent servent à propulser l’avion qui est très lourd, du fait des bagages + les passagers + l’avion en lui même.

Par ailleurs, la masse énorme des avions, notamment celle des gros porteurs, comprime à l’atterrissage l’air qui est coincé sous le fuselage. C’est également créateur d’une source de bruits pénibles

Bien sur, cette nuisance n’est pas valide pour les avions de tourisme, plus légers, et à propulsion par hélice, qui produisent moins de pression et ainsi moins de bruit que les « gros porteurs »

 (https://leblancjerome56.wordpress.com/3-nuisances-majeures-des-avions-actuels/)

Laisser un commentaire